Un jour, une réunion : mon père, un notaire, un petit agent immobilier bottines à talon et cheveux teints, et Bibi. Le notaire demande si quelqu’un peut lui transmettre je ne sais plus quel document dont il a besoin. La paire de bottines à talons se tourne vers moi : “Vous vous en occupez, mon p’tit ?”… J’ai répondu “non“. Parait que c’était pas poli de parler comme ça. Peut-être mais comparé au fond de ma pensée, Dani De Vito s’en est bien tiré… En immobilier, comme ailleurs, certains comportements misogynes ou discriminatoires font encore de la résistance. Parfois même, ils s’insinuent lâchement dans les rapports entre une cliente et un(e) professionnel(le) de l’immobilier : “On n’attend pas Monsieur pour visiter ?”… Qu’il s’agisse de louer, d’acheter ou même de visiter, ce que femme veut, elle ne l’obtient pas toujours facilement. Mais bonne nouvelle, les choses devraient changer.

Le parcours de la combattante

E… a une fille qu’elle élève seule, un boulot à plein temps, un appart qu’elle vient de vendre et un projet d’achat de maison. Il y a quelques jours, je lui ai envoyé un mail pour prendre de ses nouvelles. Et, d’une femme à une autre, j’ai eu envie de lui demander si ça n’était pas trop galère d’avoir un projet immobilier quand on est une femme “seule”. D’ailleurs – doit-on y voir un signe – le mot acquéreur n’a pas de féminin.

E… a très vite répondu à mon mail et de façon non équivoque :

“Ça tient un peu du parcours du combattant d’acheter seule. On n’est pas toujours prise au sérieux”.

Ce que femme veut, on le lui refuse parfois

Déjà à l’époque où elle cherchait une location pour elle et sa fille, un ou deux agents, qui n’auraient pas misé un kopeck sur l’acceptation de son dossier par une assurance loyers impayés, avaient refusé de lui faire visiter des 3 pièces…

Tu sais ce qu’elle te dit la p’tite dame ?

Quelques années plus tard, quand elle cherchait à acheter son premier appartement en résidence principale, E.. a eu droit à :

“Ben alors ma petite dame, va falloir vous décider, hein ! Parce qu’avec votre budget vaut mieux pas faire la difficile”…

On peut en rire et en pleurer aussi. Malgré tout, E.. n’est pas rancunière et ne fait pas non plus de généralités. Elle reconnait même avoir fait plusieurs “rencontres sympas avec des personnes bienveillantes”.

Ce qui reste encore bien palpable dans le fonctionnement de notre société, c’est que dès qu’il est question d’argent ou de pouvoir, la légitimité des hommes coule de source. Ou presque. Celle des femmes, en revanche, est beaucoup moins évidente… Et parfois même contre nature pour certains.

Un tiers des acquéreurs sont des acquéreuses

Dans une étude faite en 2017, il apparaît que 32% des transactions immobilières sont réalisées par des femmes. Et ce pourcentage est même de 51% dans la région Ile de France. Autre information révélée par cette étude, les hommes et les femmes n’achètent pas au même âge :

  • 40 ans pour les hommes
  • 49 pour les femmes.

Rien d’hormonal à cela : c’est juste que la différence de revenus entre les deux permet à un homme de se constituer un capital plus rapidement qu’une femme.

S’agissant de l’obtention d’un crédit, les banques sont catégoriques : à revenus équivalents, il n’y a pas de différence de traitement entre un homme seul et une femme seule. Super ! Sauf que les revenus des femmes sont toujours moins élevés que ceux des hommes…

Ce que femme veut, elle l’aura

Une charte pour lutter contre les discriminations

Le 1er octobre dernier, Emmanuelle WARGON et Elisabeth MORENO ont fait signer aux représentants du secteur immobilier une Charte relative à la lutte contre les discriminations dans l’accès au logement.

Parmi les personnes régulièrement victimes de discrimination, on trouve :

  • celles qui le sont à cause de leurs origines
  • celles qui sont en situation de handicap,
  • les personnes âgées et…
  • les femmes seules élevant un enfant.

Bonne nouvelle : les femmes seules avec enfant sont donc officiellement reconnues comme pouvant être victimes de discrimination.

Mauvaise nouvelle : cf. la bonne nouvelle ci-dessus…

Cette charte rappelle notamment les textes législatifs et réglementaires encadrant la location et la vente. Elle a été signée par les représentants des réseaux d’agences immobilières, par des fédérations professionnelles comme l’Unis mais aussi par les propriétaires immobiliers représentés par l’UNPI.

Une obligation de formation

L’enfer étant pavé de bonnes intentions, la Charte signée le 1er octobre dernier a été suivie par la publication d’un décret qui modifie, ou plutôt qui complète, le contenu de la formation continue obligatoire des professionnels de l’immobilier.

Désormais, dans les 42 heures de formation dont les professionnels devront justifier pour le renouvellement de leur carte, il y aura non seulement les 2 heures de déontologie déjà obligatoires mais aussi deux heures au moins consacrées à la non-discrimination.

“C’est pas parce que c’est déjà fait, qu’il ne faut rien faire”

Monsieur Marie, dans une vieille pub de quand j’étais jeune

Une charte est signée, un décret est publié, c’est très bien mais ça ne suffira pas. Pour que ces dispositifs soient efficaces, il faudra avoir le courage de les utiliser. Les femmes devront donc oser réagir et ne plus s’accommoder de comportements qui sont désormais officiellement répréhensibles.

  •  

4 Comments

  • Marie dit :

    Je ne savais pas que la situation était encore aussi compliquée pour les femmes. Il faut aussi dire que je n’ai (encore) jamais acheté de bien immobilier… En tout cas, je suis très contente d’être tombée sur ton blog que je vais parcourir avec attention. Même si nos projets immobiliers sont encore très incertains, c’est toujours bon de s’informer et de se former !

  • Nathalie, deuxième essai… L’ancienne combattante des droits hommes-femmes est un peu triste de lire ton article MAIS, il semble 1) que 32 % des acheteurs soient des acheteuses et que les banquiers 2) soient davantage réticents à leur prêter parce qu’elles gagnent moins (si je lis bien). Bref, au moins on sait où continuer à pousser 🙂 Merci pour ce plongeon dans ton monde.

    • nathalie.miraglia@gmail.com dit :

      C’est ça ! Nous devons pousser encore et encore… Mais nous avons un objectif et nous avançons, même à petit pas. Merci d’avoir persévéré ! 😉

  • pixiecroissantearth561 dit :

    Interessant. Les hommes et les femmes n’achetent pas au même âge…40 ans pour les hommes, 49 pour les femmes.

Laisser un commentaire

VOUS NE DIREZ PLUS JAMAIS QUE VOUS NE CONNAISSEZ RIEN À L'IMMOBILIER