Le bon moment pour un challenge

“si tu veux intĂ©resser ton lecteur, il te faut un challenge” : OH MY GOD !

Il y a quelques annĂ©es, lors de ma premiĂšre expĂ©rience (avortĂ©e) de blogueuse-looseuse, ce concept de “challenge” m’avait complĂštement tĂ©tanisĂ©e. Pour commencer, je n’avais aucune idĂ©e du dĂ©fi que je pouvais me lancer. Mais surtout, je crois qu’au fond de moi, c’est pile Ă  cet instant que j’ai su je n’irais pas au bout. Et je n’ai mĂȘme pas cherchĂ© Ă  lutter. Je me suis dit que si toute ma vie on m’avait rĂ©pĂ©tĂ© : “tu commences tout, tu finis rien”, c’est qu’il devait y avoir une raison, pas vrai ? Etrangement, il a fallu que je me mette Ă  tricoter pour me dĂ©barrasser de cette fausse croyance et commencer Ă  avancer.

Depuis, quand je doute de ma capacitĂ© Ă  aller au bout d’un projet, je ressors de l’armoire mon premier pull tricotĂ©. Ça me rappelle que non seulement je suis capable de finir un truc mais aussi que je suis douĂ©e d’une persĂ©vĂ©rance et d’une patience qui en Ă©tonnent plus d’un. Alors, au cas oĂč le sujet vous concerne, vous vous reconnaĂźtrez peut ĂȘtre dans cet article dans Psychologies Magazine

Quelques annĂ©es plus tard, me revoilĂ  avec un nouveau projet de blog et Ă  la mĂȘme Ă©tape du processus de crĂ©ation : celle de la verbalisation d’un challenge. Pas question de me dĂ©filer une fois de plus, surtout qu’Ă  ma grande surprise, l’idĂ©e est venue toute seule. NaĂŻvement ou pas, je me dis que ce doit ĂȘtre un signe… J’aime bien quand les choses se font presque d’elles mĂȘmes. Et pas seulement par paresse. Je crois surtout qu’un projet qui se met en place sans forcer a plus de chance d’aboutir que celui qu’on va chercher aux forceps…

La bonne idée de challenge

Il y a les histoires que j’ai vĂ©cues moi-mĂȘme et il y a celles qu’on m’a racontĂ©es. Certaines sont enthousiasmantes et ont fait gagner de l’argent aux protagonistes. D’autres sont de vĂ©ritables galĂšres et ont parfois coutĂ© beaucoup d’argent et d’Ă©nergie Ă  des vendeurs ou Ă  des acquĂ©reurs.

Mais dans chacune d’elle, il y a un sujet Ă  creuser et une leçon Ă  tirer.

21 histoires vraies d’immobilier avant 2021

Et donc, 21 sujets Ă©voquĂ©s et autant de conseils… A l’origine, j’avais prĂ©vu d’Ă©crire une histoire par semaine avant la fin de l’annĂ©e et Ă  ce moment lĂ , il restait bien 21 semaines avant 2021. Le souci c’est que quatre d’entre elles sont dĂ©jĂ  passĂ©es et qu’aujourd’hui il n’en reste dĂ©jĂ  plus que 17… . Mais 17 histoires avant 2021, ça sonne mal et j’ai prĂ©fĂ©rĂ© rester sur 21.Alors, pardon de vous quitter aussi brusquement mais je dois vous laisser parce que j’ai du pain sur la planche ! Et, si ce n’est dĂ©jĂ  fait, je vous invite d’ores et dĂ©jĂ  Ă  lire l’histoire vraie numĂ©ro 1.

 

  •  

2 Comments

  • Anne06 dit :

    Bravo! Tu t’es lancĂ©e. Et je ne rĂ©siste pas Ă  ton style d’écriture et Ă  ton ton d’autodĂ©rision (ton ton j’aime bien). Ne vous y trompez pas, C’est une pro! Tu vas cartonner. Je te l’ai dit en privĂ©. Je le redis ici.

  • Et bien fĂ©licitations pour se grand pas!
    J’aime beaucoup l’idĂ©e de ton challenge et j’ai hĂąte de lire toutes ces histoires. 😊
    Elles seront certainement surprenantes et intĂ©ressantes! J’aime beaucoup l’immobilier mĂȘme si j’estime queje n’y connais pas grand chose donc j’y apprendrai sĂ»rement beaucoup!

Laisser un commentaire

VOUS NE DIREZ PLUS JAMAIS QUE VOUS NE CONNAISSEZ RIEN À L'IMMOBILIER