Comme j’aime bien maîtriser mon sujet, avant de commencer cet article, j’ai fait une petite recherche sur Google. J’ai tapé : histoire du parking. Aucun intérêt j’avoue, mais maintenant que c’est fait autant vous en faire profiter : La première réglementation de stationnement urbain remonte au 7ème siècle av. J-C, dans la ville de Ninive en Assyrie (moi non plus, je ne sais pas où c’est). Le roi avait interdit le stationnement des chars dans l’artère principale pour que ses troupes puissent passer. Vous penserez à moi demain, quand vous passerez pour un érudit au bureau…

En France, c’est après la seconde guerre mondiale que le parc automobile s’est développé de façon exponentielle. Et en toute logique, c’est à la même période que le stationnement urbain a commencé à poser un problème. Aujourd’hui, on en est arrivé au point où l’absence de stationnement complique, voire empêche carrément, la vente d’un appartement. Bref, au cas où vous ne l’auriez pas compris, le sujet de cet article est : est-il judicieux d’investir dans un stationnement ?

L’emplacement de l’emplacement

Un jour, vous et moi, on apprendra à calculer la rentabilité précise d’un bien. Et je vous promets qu’on passera un bon moment. En attendant, retenez juste que :

  1. la rentabilité d’un parking – comme de n’importe quel bien immobilier – est avant tout fonction de sa situation 
  2. que plus on achète cher et plus il faut louer bonbon pour avoir une rentabilité digne de ce nom
  3. que plus on loue cher et moins le locataire s’éternise…

Enfin, même si les chiffres vous emm***dent, gardez en tête que selon la ville concernée, la rentabilité d’un stationnement peut varier de 4 à 10%.

Dis moi où tu te gares

Alors justement, pour savoir si vous habitez dans “la bonne ville”, cliquez sur ce lien et jetez un oeil à une étude récente réalisée par Se Loger. Mais quel que soit le résultat, pas d’affolement : les études, c’est utile, ça donne les grandes tendances mais ça a ses limites : On peut très bien vivre à Aix en Provence, avoir l’opportunité d’acheter un parking à un prix inférieur à sa valeur et faire un super placement. Prendre l’avis d’un agent immobilier spécialisé dans le secteur qui nous intéresse est souvent la meilleure chose à faire pour connaître la valeur d’un bien.

Pensez aussi à rajouter deux ou trois petites choses au prix du stationnement pour avoir une idée plus précise de “coût de revient” et donc de la rentabilité, notamment :

  • les frais d’acte : pour plus de détails sur le sujet, c’est par ici
  • les charges : elles sont faibles en valeur absolue mais dépendent de plusieurs facteurs tels que : parking surveillé, ascenseur, monte-voiture…etc.
  • la taxe foncière

Des baux tout en souplesse

Vous avez déjà lu un bail de logement ? En entier ? Non ? Normal c’est indigeste… Le bail d’habitation est régi par la loi du 6 juillet 1989 modifiée par la Loi Alur du 24 mars 2014. A côté de lui, le bail de stationnement, c’est un pur bonheur : quelques articles du Code Civil à respecter et zou ! Pour voir les articles en question, c’est par là. Dans un bail de stationnement, tout se négocie librement entre bailleur et locataire :

  • le loyer et les modalités de révisions de celui-ci
  • la durée du bail,
  • les conditions de résiliation,
  • ou toute autre disposition contractuelle

Le domaine est tellement cool, que si on veut, on peut même se contenter d’un bail verbal. (Mauvaise idée selon Bibi : si un bail écrit ne garantit pas l’absence de conflit, il n’en reste pas moins qu’en cas de conflit, c’est mieux d’avoir un écrit…).

Donc, vous l’avez compris, c’est bien plus facile de louer un stationnement qu’un logement mais, ATTENTION : il faut que le stationnement soit loué seul. Parce que si le bail porte sur un appartement ET un garage, c’est le bail d’habitation qui gagne.

Le plus simple sera le mieux

Je parle en terme d’accessibilité. Tout le monde n’est pas champion du monde de la manoeuvre. J’ai même eu un client un jour qui voulait acheter un garage en VEFA (donc sur plan) et qui m’avait demandé : “Vous êtes sûre qu’on pourra rentrer en marche avant ? Parce que ma femme ne fait JAMAIS de marche arrière”… (ok et elle sort comment ?).

En règle générale, on se gare plus facilement en marche arrière mais le luxe c’est tout de même d’avoir le choix. Alors juste quelques petits conseils de bon sens :

  • EVITEZ les emplacements situés tout au bout d’une allée de circulation et donc contre un mur (si vous ne comprenez pas pourquoi, cette petite vidéo devrait vous aider)…
  • FAITES ATTENTION aux poteaux et autre piliers qui peuvent compliquer les manoeuvres ou abimer les portières…
  • N’ALLEZ PAS TROP BAS, le 12ème sous-sol ça peut faire flipper…
  • J’en oublie sûrement donc, A VOS COMMENTAIRES ! 😉

 

  •  

One Comment

Laisser un commentaire

VOUS NE DIREZ PLUS JAMAIS QUE VOUS NE CONNAISSEZ RIEN À L'IMMOBILIER